Notre rythme de vie est rapide, souvent sans que nous en ayons conscience. Tout s’enchaîne, les communications, les informations, les trajets, nos habitudes, les relations, les emplois, les modes, les styles, etc.

Le rythme de nos vies s’accélère toujours, accélérations techniques, sociales, notre emploi du temps, surtout ne pas perdre du temps, tout ce que nous voulons ou devons faire s’accroît de plus en plus, le manque de temps est devenu une norme non pour améliorer notre vie mais pour une sorte de survie, de maintien d’un statu-quo.

Pour effectuer de vrais changements volontaires, il faut ralentir, se donner droit à l’erreur et surtout à l’errance. La psychologie du changement sait que le changement peut-être violent, brusque, source de douleur et de conflit mais aussi source de défi, d’inspiration, d’énergie, d’entraide surtout quand il est accueilli et accepté par notre réflexion, c’est une sorte d’état de permanence que nous devons avoir ; être dans la réflexion, au-delà du résultat de celle-ci, la démarche, l’attitude et l’ouverture que nous avons quand nous sommes en réflexion est de mon point de vue philosophique une nécessité pour pouvoir évoluer, grandir et se diriger vers un mieux-être.

S’informer, comprendre, réfléchir…Et dans un monde de bouleversement, cette attitude sera notre résilience, s’informer des connaissances et du passé, comprendre les sciences, technologies et le présent, réfléchir, rêver, imaginer les possibles et le futur. L’optimisme de la volonté et de l’intelligence face au pessimisme et dureté du réel.

L’état d’effondrement qui s’annonce, avec les crises et les bouleversements que cela implique, nous poussera à faire preuve de résilience, d’accepter et de créer de nombreux changements, de relever de grands défis passionnants, de changer les paradigmes économiques et sociaux, d’élargir nos visions et les possibles. Confronté à beaucoup de violences et de douleurs, nous allons devoir mieux comprendre et entraîner nos « muscles » de compassions, de bontés, d’ouvertures, de convivialités, d’entraides…

Vous avez dés maintenant envie de comprendre la psychologie du changement, de vous informer, comprendre et réfléchir ensemble, de créer des ateliers, des conférences, d’autres lieux d’éducation permanente, un club de lecture sur ces sujets, d’autres lieux libres et populaires d’échanges de savoirs et d’informations, de créer de nouvelles fictions pour transformer et recréer les imaginaires, de construire et proposer des expériences immersives pour être dans la réflexion et encourager la philosophie pour se préparer… préparer et créer vos projets en s’informant sur le futur et en imaginant les possibles…N’hésitez pas à me contacter.Prix libre, échange et troc accepté…

Au plaisir,

Jean-Paul, coacteur de changements

jean-paul@jpcc.be